Avec Filière Paysanne, préservons les terres fertiles
Catégorie : ENVIRONNEMENT
Ajouté le : 10/04/2017
Auteur : Gaspacho
Lectures : 1168

(Déjà paru dans la version papier de MVT (avril 2017)

L'association Agir pour l'Environnement vient de publier 10 mesures pour une transition agricole et alimentaire, à soumettre aux candidats à l'élection présidentielle.

Cet appel visant à valoriser la terre et ceux qui la cultivent, a été rédigé par 7 collectifs selon leurs compétences respectives, dont l'association Filière Paysanne, basée à Marseille, qui oeuvre, dans son axe politique, à la préservation des terres fertiles. Il est urgent de réapprendre à gérer le sol avec parcimonie.

Dans une vision économique, elle a notamment accompagné la création d'épiceries paysannes à Marseille et Aix, elles sont au nombre de 5 actuellement et d'autres projets sont en cours. Dans un souci de bien faire, elle propose une formation pour que chacun puisse porter un projet. Ils sont également à l'origine de la Plateforme Paysanne Locale (PPL) qui approvisionne cantines, restaurants et détaillants en produits bio et locaux du côté d'Aubagne.

Nous avons rencontré Jean-Charles, stagiaire qui termine son Master 2 en Economie Apliquée à la gestion des ressources naturelles.

Il considère que "si cet appel politise la question agricole dans son ensemble, ça reste à court terme", rappelant que Filière Paysanne est à l'origine d'un Manifeste pour la défense et la sauvegarde des terres agricoles en voie d'épuisement, de bétonnage et d'accaparement. « Le constat est simple : pas d'agriculture locale sans terres agricoles autour de nos grandes métropoles ». Ce travail de long terme appelle votre mobilisation via ce site :
www.manifeste-terresagricoles.com
Cet appel, lancé durant la COP21 à Paris pour la Journée mondiale des sols le 5 décembre 2015, est soutenu par de nombreux experts (M.Dufumier, R.Levesque, F Denhez...), élus et responsables politiques (Joël Labbé, Noël Mamère, Michèle Rivasi, Barbara Pompili..) et associations (Colibris, Attac, Bio Consom'acteurs, Terre de liens...)

Environ 78.000 hectares disparaissent en France tous les ans, dont de nombreuses terres fertiles, et notamment des zones humides comme la ZAD de Notre-Dame des Landes, ou du Testet, ce jusqu'en Amazonie...
"Les villes respirent dans les zones humides, agricoles et forestières, pas dans les centres-ville. Ces zones permettent le stockage des eaux de pluies, d'où la nécessité de les conserver au maximum. C'est une question de société urgente". Ce dérèglement massif mène ainsi à de multiples catastrophes : "On a goudronné toutes les collines aux abords de Nice et Cannes, il ne faut pas s'étonner s'il y a des inondations... Ces événements tragiques doivent faire réagir notre classe politique. »
La souveraineté alimentaire est bien évidemment un enjeu majeur, espérons qu'électeurs et élus s'en souviendront le moment venu. Et c'est maintenant !
Filière Paysanne a également concocté à l'intention des candidats un moratoire national applicable dès 2018, plus concret et contraignant que le manifeste.

RENFORCER LA DEMOCRATIE LOCALE

Une étape primordiale consiste à renforcer la démocratie locale et les procédures de concertation publique au sein des territoires, afin de mettre en place des politiques de préservation foncière efficaces visant à stabiliser l'artificialisation des sols. Des outils sont déjà en place, mais les résultats sont souvent décevants :
Avec l'exemple d'Europacity, un projet "délirant et démesuré" selon Jean-Charles. Auchan et le groupe chinois Wanda veulent construire "un mall" à l'Européenne, composé de centres commerciaux, une piste de ski, un centre aquatique, etc.. . "Tout est fait pour garder le consommateur le plus longtemps possible dans la structure avec bien sûr une cible de choix : les enfants, il faut qu'il en redemandent, une veille technique déjà exploitée..."

Situé à 20km de Paris, le triangle de Gonesse avec ses terres agricoles productives en blé se voit menacé. "Fort heureusement un collectif s'est monté avec la ferme intention de montrer aux Parisiens et aux Français que ce projet est un énorme gâchis. Certes il va créer des emplois, argument phare de nos élus, mais combien va-t-il en détruire dans les zones commerciales voisines déjà très présentes? Sans parler des emplois directs dans l'agriculture. Si c'est pour se retrouver avec un bilan quantitatif à l'équilibre voir en négatif, merci la famille Mulliez.". Filière paysanne soutient le collectif du triangle de Gonesse, vous pouvez vous impliquer aussi !

Un autre exemple est à déplorer avec un "village" Décathlon, prévu à Saint-Jean-de-Braye, près d'Orléans, sur une surface de 16 hectares, et bien évidemment sur une zone humide...(1)
Chaque commune défend son intérêt pour attirer ces grosses entreprises, afin de bénéficier des retombées fiscales, des promesses emplois, d'une image valoriasante pour la commune etc....
Les maires clament la priorité de l'emploi alors l'agriculture paysanne est d'autant nécessaire qu'elle est justement créatrice d'emplois (2). Grâce aux élus de ce charmant village, l'entreprise Décathlon va obtenir le m² à 2,40€. Ce prix est dérisoire, il est normalement attribué à des terrains non constructibles, mais à Saint Jean de Braye les élus ont modifié le PLU en votant, les terrains sont donc devenus constructibles, le prix n'a évidemment pas changé. On retrouve ce cas dans la construction du grand stade de Lyon.

Là encore, des collectifs travaillent ensemble pour préserver cette zone humide.

QUELQUES EXEMPLES CONCRETS AVEC DES RESULTATS:

Une autorité foncière a été mise en place au Québec dès 1978. Face à l'artificialisation préoccupante de ses terres, a été créée la « commission de protection du territoire agricole » qui a alors défini un zonage clair avec des limites précises entre espaces agricoles et espaces urbains. Toute évolution de ce zonage nécessite depuis l'obtention de son accord, sur la base d'un avis « conforme ».

Depuis 35 ans, cette politique a produit de très bons résultats en matière de préservation des espaces cultivables, de maîtrise de la croissance urbaine et de coopération intelligente avec les municipalités* : bilan réalisé par M André BARBAROUX dans l'article n° 329 (sept. 2011) de la revue Paysans et Société : http://www.revue-paysans.fr/ (pièce jointe n° 1)

Les DOMTOM bénéficient depuis 2012 d'un statut analogue, de nombreux acteurs proposent aux Gouvernement d'étendre l'avis conforme des CDCEA à l'ensemble du territoire national. Cette mesure, déjà appliquée dans les DOM depuis 2012, produit des résultats positifs et ne suscite pas de blocage significatif des élus locaux. Pour appuyer cette proposition sur des éléments précis, l'association Filière Paysanne, en concertation avec ses partenaires, a contacté les principaux acteurs concernés au sein de ces territoires.

“Alors bien sûr tout n'est pas parfait, mais cette mesure montre que des actions politiques et citoyennes peuvent faire bouger les choses. C'est à nous d'agir et les pouvoirs publics suivront cette iniciative de bon sens, parce que c'est ça avant tout, du bon sens.”

Les divinités liées à la fertilité sont parmi les plus louées de par le monde, la nature et ses élémentaux sacralisés par nombre de peuples premiers.
Nous ne nous attarderons pas ici sur l'artificialisation du corps féminin, en particulier dans la publicité, qui participe de cette manipulation déplaisante, ce dévoiement du vivant.
Et si nous allions plutôt vers une reconnaissance constitutionnelle des droits de la nature, comme en Equateur depuis 2008 ? La route est longue encore et tandis que les humains voient leurs propres droits bafoués, il est en ce monde des êtres vivants qui n'ont pas le loisir de se défendre. A quand le réveil des Ents ?!

Z'arbres partout !


(1) Voir le documentaire Pour quelques hectares de plus, de Nicolas Vescovacci.
(2) Voir notre article sur la campagne "1 million d'emplois pour le climat"

A lire également : Cessons de ruiner notre sol, de Frédéric Denhez (Flammarion)
Robert Levesque : « Terre nourricière – Si elle venait à nous manquer » (l'Harmattan – décembre 2011) et « Terre et Humanité, la voie de l'Écolocène » (l'Harmattan - 2016)


 


  

Les 4 derniers commentaires

Auteur Commentaire
Aucun commentaire dans la base de données
Commentaires : 0 
[ Consulter tous les commentaires ]
Pseudo :
Evenements

L’association CercLL (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 16 décembre 2017 de 14h00 à 19h00, dans la salle du Foyer du Peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille.

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/ Linux.

Au programme:

DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits pour une utilisation quotidienne.

Ouvert à tous – accessible aux débutant-e-s

Une participation de 2 euros est demandée.

L’adhésion à l’association est de 20 euros annuelle.(L’adhésion n’est pas obligatoire).

Plan d’accés

Attention
La salle du bas étant occupée par un loto, nous serons dans la salle au premier étage.
Fessebouc
S'inscrire à la Newsletter
Tribune libre

Loading
Chargement en cours...



 
Code de sécurité :
Recopiez le code ci-dessus :
 


Smilies

Login
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?

  Membres
 · Admins : 9
 · Membres : 928 [Liste]
 · Dernier : MichaelBaG
  Qui est en ligne ?
 · Visiteurs : 32
 · Membre : 0
 · Admin : 0

Generated in 0,01922s