Plénière 19 janvier 2016 - Synthèse
Catégorie : Collectif pour une Transition Citoyenne
Ajouté le : 19/01/2016
Auteur : Agnes Transition
Lectures : 1388

Assemblée PLENIERE
COLLECTIF de la TRANSITION CITOYENNE à Marseille
Mardi 19 janvier 2016 (12h-14h, à la Ruche)

Les présents (en annexe)

-------

Ordre du jour

12h - Retrouvailles, installation

12h10 > 12h15 Intro (projection du prezi « acteurs de la transition »)

12h20 > 12h40 En petits groupes partage du bilan (sept 2014 > jan 2016)

12h40 > 13h00 Restitution en plénière du « bilan partagé »

13h00 – Passage de relai des 2 animateurs bénévoles, Matthieu et Agnès

13h00 > 14h00 En mangeant : débat sur le positionnement 2016 du collectif, quelles réalités ? quel avenir ? quels moyens humains, techniques et financier ? quels projets en propre et en partenariat avec d’autres (Territoire collectif, coopérative intégrale, convergences des initiatives, coalition climat du 29nov, Alternatiba Marseille, etc ! ) ? Quelles ouvertures du collectif à d’autres alternatives locales (qui s’y étaient pas inscrites en 2014, cf. liste des 30 acteurs de l’époque) ?

A la fin de la rencontre, fixer un calendrier de réunions du collectif (mensuel ? bimensuel ? trimestriel ?). Caler ensemble la prochaine rencontre de ce collectif marseillais.

NB : Sur la feuille de présence, il sera demandé à chaque acteur d’indiquer les dates des qq temps forts que porte sa structure pour 2016. Afin de mettre en commun nos calendriers !


--- Notes collectives 19 janvier 2016 (+audio) ---

Après une introduction par Agnés, animatrice bénévole de la séance sur le bref historique des 1 an ½ d’existence du collectif. Remerciements à la Ruche, espace de coworjing qui nous accueille. Retrouver la présentation PREZI à ce lien : http://m-v-t.info/index.php?file=Sections&op=article&artid=49

Pendant 35 minutes, les participants répartis en 5 petits groupes ont pu partager leur vision, interprétation, ressenti du bilan de ses 1 an ½. Puis chaque rapporteur de groupe a présenté à la plénière une synthèse de ces échanges.

1er groupe:
En réalité, le collectif de la transition s’est essentiellement résumé à l’implication de 4 citoyens, qui relaient les infos (via 2 outils m-v-t.info et la newsletter), mais depuis ils ont intégré à autre mouvement et les forces vives sont rares.
La transition -au niveau national- est un ensemble de structures (notamment d’ESS), alors que au niveau local, il s’agit surtout d’un portail d’info, via m-v-t.info.  

C’est un collectif de structures, alors qu’il y a d’autres collectifs plus larges que seulement des acteurs de l’ESS, par exemple Alternatiba.

Ce collectif a pris forme autour des 2 journées de la transition citoyenne et pas au-delà de ça. Cependant les outils de communication actuels remplissent bien leur rôle de mise en visibilité.

Actions à programmer pour 2016 : un projet concret collectif (Idée du national d’ouverture de Maisons de la transition, localement avec Alternatiba).
Questions autour des outils de communication : Peut-on relayer les infos des assos de Marseille, ou seulement celles du collectif TC ? Aujourd’hui, il y a un décalage entre les articles m-v-t.info, très larges et les actus des membres du collectif. …Débordement au niveau de la gestion m-v-t.info: ils y mettent ce qu'ils ont envie avec leur conscience de citoyens, au-delà d’une simple promotion des alternatives du collectif. Le collectif de la transition doit-il être le moyen de promotion de s structures de l'ESS pour qu'elle se pérennisent; ou faut il garder le niveau citoyen, avec des thématiques plus larges (les migrants, les roms, ZAD notre dame des lande) ?

groupe 2: (Alternatiba, attac et les paniers Marseillais)

- Les paniers ont participés à la JTC2014. Ils ont menés leurs actions indépendamment du collectif.
- Attac a permis le déblocage de petites structures, ça leur a permis de se lancer notamment en ce qui concerne la nef.
- Alternatiba amis en place avec le collectif de la Transition : c’est une mutualisation des support de com (ex : 29/11, marche pour le climat, travail en //, en se faisant passer les infos. C’est un partenariat permanent qui continu: agenda, newsletter).
- Annie-Claude investie dans les habitats partagés : les structures de la transition sont géographiquement très centrée. En plus, donner une visibilité plus grande aux citoyens et pas seulement aux orga du collectif. Et sortir de l'entre-soi.
Établi une comparaison avec « Salon en transition » qui ont mis en place un festival, monnaie locale, ils sont « ville en transition » (cf Rob Hopkins). Agnes complète en ajoutant que dans la région, il existe plusieurs groupes en transition = à Aix, Aubagne et Salon notamment. Groupes qui sont venus pour la Chaine humaine du 29 novembre 2015, vieille de l’ouverture de la COP21.
En somme : Les structures prennent trop de place dans la transition, avec grosse distinction entre les sachant et les non-sachant ; et cela rejoint la problématique des quartiers nord et comment intégrer dans notre dynamique cette ouverture.
 

Groupe 3 (seve 13, la roue, Les petits débrouillards, la bagagerie, BAbalex, Regain HG13)
- Asso Seve13, la Roue: JP a travaillé au développement des acteurs économiques (acteurs pro) et s’est investi sur Alternatiba.
- Les petits débrouillards ont fait de multiples d'action pour la COP 21, avec des jeunes autour la transition et autres actions climat.
- La bagagerie, besoins en bénévoles là-bas. Emmanuelle G. était aussi beaucoup sur Alternatiba.

- BAbalex. Très pris dans leur quotidien.
- Habitons groupés 13 : on avait un gros événement, les rencontres nationales de l’habitat participatif, en juillet 2015, à Marseille
En somme, on remarque qu’il y avait dans le groupe beaucoup de personnes qui se sont mobilisés sur Alternatiba.

Réflexions : sur la difficulté à se mobiliser à la fois à Alternatiba, la transition, la COP21, etc… Finalement, on retrouve un petit peu toujours les mêmes personnes (par ailleurs, on est tous contraints) ; difficultés de prendre des activités en plus; un désir malgré tout de donner plus de visibilité aux actions des uns et des autres, au travers des outils de la transition. Continuer à mutualiser les moyens.
 

groupe 4 (une citoyenne, Enercoop, Assodev, La Plateforme et Artisans du monde)
le même constat : tout le monde très occupé, peu de disponibilité, Alternatiba nous a pris bcp de temps.

Il faudrait éclaircir tout ça. Le collectif avait du mal à trouver son identité; les objectifs sont toutefois bien remplis par ailleurs (événementiels, radios…des choses ont émergés aussi côté outils de mutualisation…).
Questions : se pose la question des moyens humains, financiers, techniques. Également, la clarification du positionnement, et l'importance d'un vrai collectif
+intervention de Florence : besoin de collectif d'acteurs et d'associations sur les initiatives solidaires surtout depuis la disparition de l'APEAS.
 

groupe 5
Réflexions sur les 2 mouvements de la transition et de la convergence.
Peut-être la convergence est plus mobilisatrice
Question: n'y a-t-il pas bcp de choses de faites car absence d’un financement pour un animateur à plein temps ; ou bien parce que ce qui est proposé ne convient pas exactement pour mobiliser ? c’est 2 visions différentes.
A-t-on un objectif commun suffisamment mobilisateur ? On a beaucoup parlé des objectifs qui ne nous ont pas semblé si clairs que ça finalement. Est ce pour une meilleure visibilité des actions existantes entre elles ou vers le grand public ? Est-ce que c’est s’entraider, mutualiser ? Est-ce que c’est aller vers un changement de société ?

On s’est posé la question de combien de structures ! une…deux… trois ?!

Pada vient préciser ce point : Il s’agit de s’interroger sur la place du collectif de la transition dans l"écosystème marseillais / dérèglement climatique. Il y a d’autres collectifs... par ex : lutte contre le dérèglement climatique, blocadia, Marseille collectif climat, Alternatiba, transition citoyenne ? 
crée-t-on plusieurs « meta-structures » avec chacune un obj différent ? Et quelle est la place de la Transition dans ce contexte de début 2016 ?
         

Agnes : pas de tentative de synthèse à chaud, mais un partage d’une réflexion personnelle. Je ne vois pas particulièrement de contradictions, donc j’ai l’impression que nos interprétations se rejoignent. C’est plutôt positif.
Réflexions, par « mot-clé » : 
- quel positionnement dans le paysage marseillais (disparition de l'APEAS et Pt de Bascule n'existe plus...Alternatiba Marseille, nouvel acteur…) en tant que regroupement d’alternatives socio-économies et écologiques ?
- Quelles réalités du collectif ? actions co-construites ?
- quels les moyens ?
- quels partenariats ? et sur quelles échelles de territoire ?
- le nom du collectif pas encore fixé, ça pourra être atelier ludique…
- l'avenir du site et des outils ?
- officialiser la présence du collectif dans divers projets en cours ou qui démarrent (comme celui de Territoire Collectif ; Coopérative intégrale ; etc.)

 

Organisation pour les 40 minutes restantes avec parmi 3 options :
> le choix se fixe sur l’option= un nouveau déjeuner partagé dans 3 semaines et terminer par le repas et des échanges informels sur les perspectives de l’année qui s’entame.
 
Le binôme des deux animateurs bénévoles, Matthieu L. et Agnès H., annonce à l’ensemble du groupe qu’ils passent le relai. Chacun des deux partent sur d’autres horizons. 
 
Alima invite sur la Journée séminaire de la Convergence, le samedi 20 février. « Comment est-ce que les différents mouvements alternatifs se coordonnent et s’articulent ? » (lieu à confirmer). Save the date.
 
La date est calée et Samia, bénévole (Alternatiba) accepte d’organiser ce prochain temps collectif (avec Agnes pour le passage de relai, contacts salle, mails des acteurs et restaurateurs, etc.).

– Mardi 9 Février 2016 de 12h à 14h

(à la Ruche mais petit, donc peut-être ailleurs) –

Annonce de différents temps forts, dont « Faites le climat ! », le samedi 30 janvier, à l’Equitable café pour tous les citoyens qui se sont engagés en 2015 ; précédé à 14h par une mobilisation citoyenne, devant la Préf, « Stop au rejet des boues rouges ».

Pour toutes les dates des actions dans les semaines à venir : RDV sur m-v-t.info !

***

ANNEXE : en document joint, la feuille de présence AVEC les différents temps-forts 2016 de chaque acteur, qui vont rythmés l’année. A vos Agendas.  


  

Les 4 derniers commentaires

Auteur Commentaire
Aucun commentaire dans la base de données
Commentaires : 0 
[ Consulter tous les commentaires ]
Pseudo :
Evenements

[ RDV le 22 janvier à 19h à l'Equitable Café. Toutes les infos ici ]

Cette soirée sera l'occasion de découvrir ou redécouvrir le mouvement Terre de Liens et les différents moyens qui sont donnés aux citoyens pour enrayer la disparition des terres agricoles et développer l'agriculture biologique et paysanne.
Nous discuterons des enjeux liés à la préservation des terres agricoles dans le territoire de la Métropole marseillaise à travers plusieurs exemples concrets d'acquisition de Ferme par Terre de Liens en région PACA, à Aubagne notamment.

Nous vous présenterons également notre nouveau projet de préservation de ferme : les Gavottes située à Plan d'Orgon (13) 

Plus d'infos sur Terre de Liens et les Gavottes : https://terredeliens.org/les-gavottes.html

[en photo : les oliviers de la ferme des Gavottes]

Venez nous rencontrer pour en savoir plus sur le premier projet de supermarché coopératif à Marseille !!
Super Cafoutch : 14, rue Louis Astouin, 13002 Marseille
https://www.facebook.com/events/528687750841366/

Hello les Marseillais, Marseillaises !

En ce début d’année 2018, l'association Zero Waste Marseille se lance sur Marseille !
Ça se passe le 25 Janvier de 18h30 à 20h30 chez nos amis de l'Equitable Café
Cette première rencontre sera dédiée à la présentation de l'Association Zero Waste, ses actions, ses objectifs et enfin au lancement des bonnes résolutions 2018 avec une initiation au Zéro Déchet.

Venez à la rencontre des citoyens qui comme vous veulent lutter contre le trop plein de déchets et se lancer dans une démarche personnelle Zero Waste.

Ces rencontres auront lieu chaque mois à l'Equitable Café et alterneront ateliers, débats, projections et interventions de spécialistes autour du Zéro déchet.

Ensemble c'est Mieux !
Ensemble nous irons plus loin ;-)

A très vite !

Pour toute information complémentaire, vous pouvez nous écrire à l'adresse : marseille@zerowastefrance.org

Infos : https://equitablecafe.org/programmation/rencontre-zero-waste-marseille/

Vous êtes conviés à la Nuit des lanceurs d'alerte à Marseille au MUCEM le jeudi 25 janvier. 

Dans le cadre de #lanuitdesidees, le Mucem et collectif citoyenMarseilleenCommun proposent jeudi 25 janvier une série de rencontres en présence de lanceuses et lanceurs d’alerte, d’organisations de lutte contre la corruption et l’opacité, de journalistes et de personnalités venus d’Europe et de Méditerranée. Qui sont les lanceurs d’alertes ? Quels sont leurs différents modes d’actions ? Quel soutiens et relais trouvent-ils dans la société civile ? Quels types de protection juridique peuvent-ils revendiquer ? Lanceurs d’alertes : mode d’emploi.

En anglais, on les appelle whistleblowers : en « soufflant dans le sifflet », une personne ou un groupe alerte l'opinion sur une menace sociale, sanitaire, démocratique ou environnementale. Leur point commun : prendre la parole quand les autres se taisent. Des hommes, des femmes qui prennent un jour le risque de sacrifier leur carrière, leur confort, leur vie privée, pour dénoncer ce qui leur semble injuste, au nom de l’intérêt général.

​Jeudi 25 janvier de 18h à minuit
Entrée libre, Auditorium
En savoir + : http://www.mucem.org/programme/forum-des-lanceurs-dalertes

--------- PROGRAMME DE LA SOIRÉE ---------

◤ Plénière d'ouverture : Galerie de délivreurs d’alertes ◢

18h30 - Introduction : Ariane Ascaride (comédienne) 
Avec Barbara Allen (directrice scientifique de Fos Epseal), Raymond Avrillier (lanceur d’alerte de la gestion de l’eau à Grenoble), Thomas Dietrich (ex-secrétaire général démissionnaire de la Conférence Nationale de Santé, Daniel Ibanez (lanceur d’alerte contre le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin), Jean-Luc Touly (ex-salarié de Véolia, animateur du FRICC), Olivier Dubuquoy (géographe, lanceur d’alerte sur les boues rouges), Pierre-Alain Mannoni (association Roya citoyenne, condamné pour délit de solidarité avec les migrants), Karim B. (transporteur routier, lanceur d’alerte sur les produits toxiques déversés sur un site d’ArcelorMittal).

En trois minutes chacun, des lanceurs d’alerte étant intervenus dans différents domaines (sanitaire, environnemental, démocratique, etc.) racontent ce qui les a poussés à prendre la parole pour révéler des faits qu’ils jugeaient contraire à l’intérêt général. De quelle façon ont-ils agi ? Quels obstacles ont-ils rencontrés ? Cette table ronde mettra par ailleurs en exergue le déficit d’encadrement juridique autour des lanceurs d’alertes.

◤ Table ronde 1 : Alerter pour agir ◢

19h30 - Avec : Edward Snowden (via skype - sous réserve), Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte UBS, Eric Alt (Anticor), Martin Pigeon (chercheur à l’Observatoire européen des lobbys - CEO), Charles Sanches (Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique), Michèle Rivasi (eurodéputée, co-fondatrice de la CRIIRAD) 
Animation : Hervé Kempf (journaliste, fondateur de Reporterre)

Si les cas et les modalités du lancement d’alerte présentent une grande variété de situations, le lanceur espère toujours trouver le soutien de corps intermédiaires et de médias afin de sensibiliser l’opinion publique. Anonymat des révélations, fausses accusations, mesures provisoires afin d'empêcher les représailles jusqu'à l'issue officielle d’une procédure administrative ou judiciaire… Cette table ronde aborde aussi la question du soutien officiel de l’alerte.

◤ Table ronde 2 : Du bon rôle des médias dans l’alerte ◢

21h - Avec des journalistes de MarsactuMediapartLe Lanceurle Ravi,ReporterreBastamag.net
Animation : Caroline Chaumet-Delattre (Lanceurs d'alerte / Passeur d'alertes)

La liberté de la presse et la protection des sources doit être intégrée à la protection des lanceurs d’alerte. Si les médias ont un rôle clé dans la révélation des scandales, ils peuvent aussi s’avérer être une arme à double tranchant qui parfois, au lieu de protéger les lanceurs d’alerte, les isolent encore plus. Cette table ronde réunit différents médias spécialisés dans l’investigation et la défense des lanceurs d’alerte afin d’évoquer leurs méthodes de travail ainsi que les questions relatives à la protection des sources et au secret d’affaires.

◤ Table ronde 3 : La protection juridique des lanceurs d’alertes. Etat des lieux et revendications ◢

22h30 - Avec : Nicole-Marie Meyer (lanceuse d’alerte, Transparency France), Jacques Toubon (Défenseur des Droits – sous réserve), Enrico Ceci (lanceur d’alerte, fédération internationale des lanceurs d’alerte - sous réserve), Glen Millot (Sciences citoyennes), Virginie Rozière (députée européenne, auteure du rapport d’initiative voté par le Parlement européen « Mesures légitimes visant à protéger les lanceurs d'alerte qui agissent au nom de l'intérêt public »

La définition juridique des lanceurs d’alerte est souvent trop restrictive ; leur protection juridique doit être basée sur l’information révélée. Cette table ronde questionne notamment la « procédure » à respecter par le lanceur d’alerte afin d’être considéré comme tel : peut-il divulguer l’information directement aux médias avant de passer par la case interne ou institutionnelle ? La question de l’inversement de la charge de la preuve en cas de litige entre l’entreprise et l’employé est aussi au cœur des problématiques liées à la protection du lanceur. 

◤ Espace Agora ◢

18h-minuit - Forum, librairie et projection
Entre forum associatif (avec stands et tables de presse), librairie (avec dédicaces des auteurs intervenants en soirée), buvette et petite restauration, l’Espace Agora propose la projection en continu du web-documentaire de Moran Kerinec Lancer l’alerte, ainsi que de courts portraits de lanceurs d’alerte réalisés par Caroline Chaumet-Delattre (Passeur d'alertes).

◤ L'atelier du lanceur ◢

19h-minuit 
Sous garantie d’anonymat, cet atelier vous invite à partager, avec des « experts » de l’alerte, des faits qui vous paraissent contrevenir à l'intérêt général et d’envisager des modes d'action appropriés. Chaque session (1 heure) est limitée à 10 participants (inscriptions à : lanceurdalertemucem@gmail.com).

Tout sur La Nuit des Idées : https://www.lanuitdesidees.com/fr/
https://www.facebook.com/events/236959773509360/

Pour sa première rencontre citoyenne de l'année, le collectif "Changer Marseille" s'attaque à un sujet brûlant dans la cité phocéenne : l'éthique de nos hommes et femmes politiques.
L'objectif sera de faire émerger des moyens pour lutter contre la corruption, le clientélisme et l'affairisme qui sévissent parfois à Marseille en approfondissant les solutions présentées par les citoyens. Sur la base du débat qui animera la soirée, une idée de pétition pourra être imaginée afin qu'elle soit publiée sur le site de notre partenaire Change.org.

https://www.facebook.com/events/574242126276170/

Janvier 2018, Lancement des conférences participatives de l'association "Le dispensaire Julien Allaire".

C'est l'occasion pour vous de partager votre vision du monde, et de découvrir celle des autres. Praticiens de santé, acteurs du bio et du bien-être, citoyens conscients et bienveillants, nous créons ensemble l'humanité et les soins de demain.

Le concept : on se réunit à partir de 18H30, on boit l'apéro (en mode veggie tapas). Un comité d'accueil introduit un sujet*, puis vous et chaque autre participant partagez votre expérience, savoir et connaissance.

Mercredi 31 Janvier 2018, 
Le sujet que nous développons ensemble est "La détox holistique". Avec le changement de saison et l'énergie montante du printemps, il est temps de faire un grand nettoyage interne. "HOLISTIQUE" parce que la détox n'est pas réservée au corps physique ou à la phytothérapie mais bel et bien à l'ensemble de nos corps physique, émotionnel et éthérique. Alors quels sont les outils naturels que nous pourrons mettre en place dès à présent pour notre transition à la santé consciente ?

Pour participer en tant que bénévole de l'organisation :
marseille@aperodispensaire.fr

- Tarifs : 7 euros 
- Entrée libre pour les adhérents** de l'association Le dispensaire
- Lieu : La Siest'In 47 bd Paul Peytral 13006 Marseille

* thématique santé et épanouissement personnel 
** Adhésion annuelle à partir de 10 euros, sur place

https://www.facebook.com/events/1767219676672814/

LE VIVANT DANS TOUS SES ÉTATS - cycle 2017-2018
www.opera-mundi.org

Gilles CLÉMENT , Grand format de l'Alcazar du 13 février 2018
Théoricien du jardin, écologiste humaniste engagé, Gilles Clément est un jardinier-paysagiste de renommée internationale. Une rencontre avec un Grand Format de la pensée !

► CONFÉRENCE à 18h
LE VIVANT, LE JARDINIER : LE PARTAGE DE LA SIGNATURE
suivie d'un Apero Mundi à 19h30
Entrée libre sans réservation
INFOS 07 82 41 11 84 

Quel est le jardin de demain ? A-t-il besoin d'un jardinier ? Pour le paysagiste mondialement reconnu Gilles Clément, le jardin n'est pas un décor, il est avant tout un territoire privilégié de l'accueil du vivant. Le jardinier n'est qu'un initiateur du projet, tout le reste dépend du vent, des oiseaux, des abeilles, des musaraignes, des vers de terre, des champignons, des bactéries…

Ingénieur horticole, paysagiste, écrivain, jardinier, Gilles
CLÉMENT enseigne à l’École nationale supérieure du paysage et au Collège de France.
http://www.gillesclement.com/

► AU PROGRAMME du 13 février
14 h Atelier philo enfant 
15 h Conférence Abécédaire (7-14 ans) 
LA VIE AU JARDIN par Gilles CLÉMENT 
18h00 Conférence : 
LE VIVANT, LE JARDINIER : LE PARTAGE DE LA SIGNATURE
par Gilles CLÉMENT 
19h30 Apero Mundi

►En amont : samedi 10 février - 11h30 à 13h 
ATELIER PHILO ADULTES animé par les PHILOSOPHES PUBLICS
Inscriptions : 04 91 55 36 54 (département sciences Alcazar)

Cette conférence est proposée en partenariat avec les Bibliothèques de Marseille - Les Grands Formats de l'Alcazar

Contacter Opera Mundi
Conférences Opera Mundi
07 82 41 11 84 / info@opera-mundi.org
programme détaillé, newsletter : www.opera-mundi.org

En soutien aux Zadistes de Notre Dame des Landes et contre toutes les mesures policières qui mettraient fin à une expérience d'autogestion écocitoyenne qui s'est inscrit dans la durée.
Pour s'opposer à toute tentative de criminaliser une entreprise d"un vivre autrement" sans violence et dans la liberté et le respect de l'environnement. Non la ZAD n'est pas une zone sans droits, c'est un lieu où les droits de l'humain prévalent sur les contraintes de la finance et du profit.
https://www.facebook.com/events/1511948598924285/

Fessebouc
S'inscrire à la Newsletter
Tribune libre

Loading
Chargement en cours...



 
Code de sécurité :
Recopiez le code ci-dessus :
 


Smilies

Login
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?

  Membres
 · Admins : 9
 · Membres : 928 [Liste]
 · Dernier : MichaelBaG
  Qui est en ligne ?
 · Visiteurs : 25
 · Membre : 0
 · Admin : 0

Generated in -0,9662s