Rédigé par Gaspacho    avatar

Posté le 20/05/2017 • 0 commentaire
EVéNEMENTS

LibrairieAppel à soutien de la librairie Transit : objectif 6000 euros !

Comme chaque année au printemps, nous vous faisons appel car nous avons besoin de votre soutien ! Sans vous la librairie n’aurait pas pu tenir le coup toutes ces années.

Depuis l’année dernière, nous avons tenu notre engagement de nous agrandir, ce qui est comme vous avez sûrement vu, plus confortable pour l’organisation de rencontres avec des auteurs, lectures, projections…Pour participer c’est ici : https://www.leetchi.com/c/association-de-transit-librairie-19676557

Rédigé par Gaspacho    avatar

Posté le 18/05/2017 • 0 commentaire
EVéNEMENTS
 
 

Les résultats de l'élection présidentielle vous ont blasé·e ? Vous rêviez de transition écologique et sociale mais vous avez le sentiment d'être impuissant·e·s ? Tout n'est pas perdu, vous n'êtes pas seul·e·s ! Aujourd'hui, les #naindigné sortent de l'ombre pour que les alternatives fassent un pas de géant ! Ils vous invitent à relever avec eux le Grand Défi des Alternatives sur https://defi-des-alternatives.fr ! Nous avons besoin de chacune et chacun d'entre-vous. Êtes-vous prêt·e à relever ce défi collectif ?

 

Avec le Grand Défi des Alternatives, Alternatiba vise à contribuer au changement d’échelle des alternatives concrètes au dérèglement climatique. Sur le principe du crowdfunding, le crowdacting permet de mobiliser une communauté de personnes sur des actions concrètes. Cela se traduit par des défis à relever dans un temps imparti en réalisant des actions très concrètes. Que ce soit en ligne ou lors des mobilisations de terrain, nous mettons en avant l’impact collectif du passage à l’action, pour contrecarrer l’impression qu’une action individuelle ne représente qu’une petite goutte d’eau dans un océan.

Comment ?

200 jours de mobilisation collective via des actions citoyennes du 15 mai au 3 décembre 2017 

 
 
Rédigé par Gaspacho    avatar

Posté le 16/05/2017 • 0 commentaire
EVéNEMENTS

Rédigé par Gaspacho    avatar

Posté le 15/05/2017 • 0 commentaire
EVéNEMENTS

L’image contient peut-être : texte#LeChapiteau se joint aux autres acteurs du quartier pour fêter la Belle de Mai. Un week-end atypique où les rues du quartier prendront de la couleur afin de renforcer les liens, l’histoire et la mémoire de ses habitant.e.s. Des diverses activités permettront de découvrir et ré-découvrir l’espace et de voyager dans le temps. 

Au programme : 

Le vendredi 19 mai, à partir de 19h.

Deux concerts, deux univers, deux voyages :

KIF groupe instrumental de Marseille hybride les styles et brouille les pistes pour réinventer sa propre géographie musicale. Laissez-vous embarquer dans la danse pour un voyage sensoriel électroacoustique.
Maclick de Marseille. C’est l’histoire d’une rencontre entre des musiciens des deux rives de la méditerranée, venez partager un moment de musique métissée.

Le samedi 20 mai, à partir de midi, une journée entière d’activités :

-> 12:15 : Cours de yoga pour tous avec LoLa Happy Yoga. Entre yoga vinyasa (dynamique) et yin yoga (lent), Lola propose des cours simples, dans la bonne humeur et la bienveillance! 

Rédigé par Gaspacho    avatar

Posté le 15/05/2017 • 0 commentaire
EVéNEMENTS

Rédigé par Gaspacho    avatar

Posté le 12/05/2017 • 0 commentaire
EVéNEMENTS

Les Rencontres de la transition énergétique - Marseille

Vendredi 19 mai 2017, la Friche La Belle de Mai accueille à Marseille un rassemblement national d’acteurs de la transition énergétique. Citoyens, élus, associations ou entreprises : près de 350 participants sont attendus pour débattre, lors de plénières et d’ateliers, des moyens à mettre en oeuvre pour accélérer une transition énergétique portée localement par tous les acteurs d’un territoire. Ils échangeront sur les nombreux projets qu’ils déploient sur le terrain :
Rénovation des logements selon des normes thermiques de qualité
Lutte contre la précarité énergétique via des solutions adaptées aux ménages modestes
Projets d’énergies renouvelables citoyens et participatifs dont les premiers bénéficiaires sont les habitants et le développement local.
Tous sont engagés pour construire une nouvelle vision de l’énergie fondée sur la sobriété, l’efficacité énergétique et la diversité des énergies renouvelables. Leur engagement citoyen et leur expertise leur permettent d’oeuvrer concrètement à cette transition, grâce à des projets reproductibles qui créent de l’emploi, de l’activité économique et de la solidarité entre les habitants.
Vos contacts locaux
Ce rassemblement national a lieu grâce à l’implication de multiples acteurs locaux qui agissent quotidiennement sur le territoire de la Région PACA, pour une transition énergétique locale et citoyenne : Agence locale de l’énergie et du climat de la Métropole marseillaise, GERES, Association des Communes Forestières/Agence des politiques énergétiques du Var (COFOR 83), CPIE Pays d’Aix, Agence locale de la transition énergétique…

Programme9H00-10H30 | ACCUEIL
• Mot d’accueil par les Président.e.s des structures organisatrices
10H00-12H45 | PLÉNIÈRES
• La transition énergétique comme levier de développement économique local
Société d’économie mixte pour produire de l’énergie renouvelable, économie circulaire en réduisant la production
de déchets… les outils économiques ne manquent pas si la volonté politique existe.

 Page : [1] 2 3 4 5 »...


S'inscrire à la Newsletter
Evenements

TECHNOlogos
groupe MARSEILLE-AIX

Le commun et le numérique : 
utopie ou alternative au capitalisme ?

                       CONFÉRENCE-DÉBAT                        

   avec
- Pierre Dardot, philosophe,
- Philippe Aigrain, fondateur de La quadrature du Net,
- Fabrice Flipo, technologue.

Né avec Marx au XIXe siècle, le communisme est mort à la fin du XXe. Du moins le terme est-il tombé en désuétude quand, dans l’imaginaire collectif, il s’est retrouvé associé au totalitarisme soviétique qui en avait fait sa doctrine. Or voici qu’en réaction aux multiples spasmes du capitalisme financier, un mot fait surface : commun, qui se répand dans des milieux aussi divers que l’écologie radicale et la défense du logiciel libre. En même temps, mais sans se baser sur la moindre théorie, des ménages recourent à internet pour promouvoir le travail collaboratif (co-voiturage, co-location&hellip

Les approches sont multiples mais un enjeu les fédère : des modes d'échanges économiques se démarquant des deux grandes figures institutionnelles que sont l’État et le l'entreprise. A en croire certains, nous en finirions bientôt avec le mode de fonctionnement pyramidal imposé non seulement par ces deux instances mais aussi par les partis politiques, les syndicats, la presse mainstream… Les échanges deviendraient conviviaux, les individus (désormais autonomes et responsables) s’organisant en réseaux, ceci jusqu’à remettre en cause le principe sacro-saint de la propriété (foncière comme intellectuelle).

Demandons-nous alors si cette mutation émerge bien d’en-bas et si elle n’est pas discrètement initiée par une nouvelle caste dirigeante, dont les propriétaires et/ou gestionnaires des plateformes collaboratives constitueraient "l'élite"

Faudrait-il alors souhaiter que l’on cesse de se conformer aux exigences du « monstre froid » (l’État) ou de la « main invisible » (le marché si c’est pour se placer sous la coupe d’un Léviathan d’un nouveau type, la technique ?

De fait, pourquoi parle t-on si souvent de logiciel libre mais jamais d’homme libre ; de biens communsmais jamais d’esprit communautaire ? En quoi sortirions-nous du matérialisme mortifère qui a fait le lit tant de l’étatisme que du libéralisme  ?

Autres questionnements et non des moindres : comment penser le(s) commun(s) en termes institutionnels et juridiques ?

In fine, le problème crucial est-il le capitalisme ? N’est-il pas plutôt l’idéologie qui entretient celui-ci de façon sous-terraine, le productivisme ?

Mercredi 31 mai    15h - 18h
Institut d'Études Politiques
25, rue Gaston de Saporta
13625 Aix-en-Provence

http://marseille-aix.technologos.fr/index.php?an=2016&fic=text/2016-2017/illusion_politique2.php  

Pour sa quatrième édition, Christophe Alévêque débarque avec sa «Fête de la dette» à Marseille le 2 juin prochain…

Pour la première fois depuis sa création, la Fête de la dette se tiendra au théâtre Toursky à Marseille. C’est la quatrième édition de cet événement qui se veut avant tout « éducatif, ludique et solidaire », mais la première en région. L’humoristeChristophe Alévêque présentera son spectacle  Le tour de la dette en 80 minutes avant que la soirée se conclut par le Bal de la dette. Cette fête revêt un aspect solidaire puisque les bénéfices seront reversés au Secours populaire.

http://m.20minutes.fr/marseille/2038375-20170327-marseille-christophe-aleveque-delocalise-fete-dette?ref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

> Festival Etang d'Arts

Samedi 3 et dimanche 4 juin 2017 Parc Borély – Marseille (13)

> Fête du Vélo

Dimanche 4 juin 2017 à Marseille

Parade le matin à partir de 10h - Village de stands sur la corniche à partir de 14h

Une soirée interactive proposée par Dar Lamifa et Un Centre Ville Pour Tous

Le 7 Juin à 19h30.

Beaucoup s’interrogent : pour qui se construisent, se transforment les villes aujourd’hui ? 

Traditionnellement, la ville était pensée, construite et gérée par et pour ceux qui y vivent, ses habitants. La valeur d'usage était prioritaire, c'est-à-dire l'intérêt commun, la satisfaction des besoins humains hors logique marchande. Mais aujourd’hui, la ville elle-même « devient dispositif matériel propre à organiser la production, à contrôler la vie quotidienne des producteurs et la consommation des produits » (Henri Lefebvre, in Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos, 196. La valeur d'échange prime et modifie en profondeur les rapports sociaux.

Le cas de la ville de Marseille est exemplaire de ces transformations : La ville est-elle conçue et construite pour ceux qui y habitent, travaillent, passent, ou comme objet et vitrine marchande pour ceux qui la visitent ? A quels imaginaires obéissent la stratégie d’« embellissement », la privatisation des espaces publics, la localisation des équipements culturels, la construction de « tours » ? Dans un centre-ville qui souffre cruellement du mal logement, manque d’équipements de base pour l’enfance ou la lecture publique, l’oligarchie dirigeante agit elle d’abord pour le « confort résidentiel » des habitants, ou plutôt pour le « confort urbain » des visiteurs ou habitants espérés ?

La revendication du « droit à la ville » peut-elle donner un sens commun aux initiatives foisonnantes pour le droit au logement, à la culture, aux espaces verts, aux services publics ? 

Après une présentation rapide des thèses de Lefebvre, il vous sera proposé une lecture participative des « plans touristiques » de Marseille et Hambourg ; on entendra comment le « droit à la ville » s’est affirmé dans la transformation de Hambourg. 

Nous reviendrons à Marseille pour un panorama de la ville future qu’imaginent nos gouvernants, et sa mise en débat. Enfin nous finirons en travail en groupe pour refléter la diversité des différents champs de résistance, ou de créativité, des acteurs des luttes urbaines locales, autour de la question : Quel imaginaire populaire de Marseille demain pour guider nos revendications et aspirations ? à vos témoignages, et peut être plus, pour l’après !

Fessebouc
Login
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?

  Membres
 · Admins : 8
 · Membres : 469 [Liste]
 · Dernier : Calvinmoogs
  Qui est en ligne ?
 · Visiteurs : 28
 · Membres : 2 [Liste]
 · Admin : 0
Tribune libre

Loading
Chargement en cours...



 
Code de sécurité :
Recopiez le code ci-dessus :
 


Smilies

Développé par Nicolas Léotier · Haut de page

© 2017 Marseille Ville en Transition, Solutions locales pour un changement global · <p>Nous ne sommes pas responsables des&nbsp;actes commis par les membres suite &agrave; la prise de conscience engendr&eacute;e par la lecture du contenu du site.</p>

Generated in 0,12495s